Les 6 règles incontournables de la rédaction web

Rédaction Web : 6 règles d’or incontournables !

| Content marketing

Le contenu est un des trois piliers du référencement naturel. Une stratégie de contenu performante repose avant tout sur une ligne éditoriale prédéfinie et une rédaction web de qualité. Rédiger du contenu sur le web est un exercice spécifique, différent de la rédaction d’un article de presse classique car nécessitant une certaine connaissance des leviers SEO. Nous parcourons avec vous les 6 règles incontournables qui vous permettront de produire du contenu à la fois engageant et visible sur internet.

1 – Une rédaction web s’inscrivant dans une ligne éditoriale

Un média ou blog a généralement défini en amont une ligne éditoriale. La ligne éditoriale façonne l’identité d’un média et recense tous les choix rédactionnels structurants effectués par le comité de rédaction, tant sur la forme que sur le fond. Cela permet de fixer un cadre sur la manière dont seront traités l’actualité et les différents sujets, et de garantir ainsi une cohérence éditoriale.

La ligne éditoriale porte principalement sur les points suivants :

  • Le choix des sujets et thématiques abordés ;
  • L’angle et les prises de position ;
  • Le ton et le langage employés ;
  • L’identification du public cible ;
  • La fréquence de publication ou périodicité ;
  • Le type de contenus proposés : articles d’actualité, brèves, portraits, reportages, enquêtes… ;
  • Les critères éthiques ou moraux ;

Que vous soyez contributeur, chroniqueur, annonceur (publi-rédactionnel), rédacteur freelance ou journaliste, il vous sera toujours demandé de vous inscrire dans la ligne éditoriale du média en question.

2 – Identifier les mots clés à cibler

La rédaction web est un exercice difficile qui peut s’avérer parfois frustrant pour les journalistes de presse écrite et les marketeurs. L’enjeu est d’écrire à la fois un contenu engageant pour le lecteur et optimisé pour les moteurs de recherche comme Bing ou Google, afin d’être visible dans les résultats de recherche.

Ce juste équilibre à trouver nécessite une certaine gymnastique d’esprit qui s’acquiert rapidement avec un peu de pratique.

Vous avez choisi votre sujet d’article ? La première étape est donc d’identifier le ou les mots clés principaux sur lesquels vous souhaitez vous positionner. Gardez à l’esprit que les moteurs de recherche, et notamment Google, reposent principalement sur la sémantique. Pour Google, les mots ont également un sens.

Choisissez donc un mot clé étroitement lié au sujet traité et à fort potentiel de trafic (dont le volume de recherche mensuel est suffisamment élevé). Un outil tel que Ubersuggest vous permettra de connaître le nombre de requêtes effectuées par mois sur les moteurs de recherche pour un mot clé spécifique.

Prenons un exemple concret : cet article aborde le sujet de la « rédaction web » et cible à la fois le mot clé « rédaction web » mais également les termes ou expressions connexes comme « rédaction de contenu web », « écriture web », etc…

Outil SEO Ubersuggest
Outil Ubersuggest permettant de vérifier les volumes de recherche

3 – Comprendre l’intention de recherche

Hummingbird, Rankbrain, BERT et récemment MUM, Google a considérablement fait évoluer ses algorithmes ces dernières années afin de mieux comprendre l’intention de recherche des internautes et pousser en première page les résultats les plus pertinents.

Derrière chaque mot clé se cache désormais une intention de recherche. C’est à cette intention de recherche qu’il faut répondre pour vous donner toutes les chances d’apparaître dans le top 10 de Google.

Il existe 3 grands types de recherches :

  1. Navigationnelle : l’internaute recherche une entreprise, une marque ou un site internet en particulier (ex : « Bouygues Telecom Paris »)
  2. Transactionnelle : l’utilisateur souhaite acheter un produit ou un service spécifique (ex : « acheter Samsung Galaxy S21 »)
  3. Informationnelle : La personne est en recherche d’information sur un sujet précis et se situe généralement plus en amont dans le parcours d’achat ou processus de décision (ex : « Quel smartphone acheter en 2021 ? »)

Pour connaître l’intention de recherche pour un mot clé, tapez ce dernier sur Google et inspectez les 10 premiers résultats de recherche. Cela vous donnera une très bonne indication du type de contenu à produire pour cette requête.

4 – Une rédaction web de qualité et utile pour le lecteur

Avant toute optimisation SEO, le contenu que vous produisez doit répondre aux attentes du lecteur. Prenez le temps de bien connaître votre audience, les questions qu’elle se pose, ses aspirations, les solutions qu’elle attend de vous, ses habitudes de consommation. Autant d’informations qui vous serviront à construire un contenu unique et différenciant, générant de l’engagement et incitant au partage.

Structurez votre contenu

Le titre de votre article doit être explicite et indiquer clairement ce à quoi le lecteur peut s’attendre en lisant votre contenu. Ne créez pas de déception avec des titres racoleurs.

Rédigez une introduction ou « chapeau » (4-5 lignes maximum) qui plante le décor et expose les idées essentielles de votre article. Le « chapô » est un élément très important d’un article car vous ne disposez que de quelques secondes pour capter l’attention de vos lecteurs.

Les premiers paragraphes, dans le corps de l’article, doivent répondre rapidement à l’intention de recherche. Privilégiez des paragraphes courts (200 à 300 mots). Traitez l’information essentielle en premier et abordez les détails par la suite.

Le principe de pyramide inversée pour la rédaction web
Le principe de la pyramide inversée pour la rédaction web

Adoptez un style concis et clair

Evitez autant que possible d’employer un jargon, sauf si votre cible le comprend. Si l’emploi de termes techniques est nécessaire, alors donnez-en une définition brève. Il peut être très frustrant pour un lecteur de finir un article (s’il le finit…) avec plus de questionnements qu’il n’en avait au début de sa lecture.

Une rédaction web concise et claire est le plus court chemin vers l’engagement de votre audience.

Vérifiez et citez vos sources

Vous vous appuyez sur des études ou d’autres sources d’information pour rédiger votre contenu ? Prenez soin de bien vérifier vos sources et de vous baser sur des sites crédibles. N’oubliez pas également de les citer, par correction. Cela renforcera également la confiance du lecteur vis-à-vis de votre média.

Evitez les fautes d’orthographe

Cela va de soi mais il est toujours bon de le rappeler, un texte truffé de fautes d’orthographe peut nuire à votre image de marque et crédibilité professionnelle. Il est fréquent de retrouver certaines coquilles dans un texte. Avant de publier, n’hésitez pas à vous relire ou à vous faire relire par un collègue, confrère ou proche.

Intégrez des médias

Proposez un contenu divertissant à vos lecteurs en intégrant des médias qui illustrent vos propos. Il peut s’agir de vidéos, d’infographies, de photos, de tweets ou de verbatims. Cela fluidifie la lecture et la rend plus agréable.

Insérez des call-to-action

Ne vous en privez pas ! Vous vous efforcez de rédiger un contenu de qualité permettant de gagner la confiance des internautes, alors intégrez ce que l’on appelle des « call-to-action » de manière naturelle et à des endroits stratégiques de votre texte. Il s’agit d’éléments cliquables qui prennent la forme de liens, boutons ou images et qui incitent l’internaute à effectuer une action supplémentaire sur votre site. Ils peuvent servir à rediriger l’utilisateur vers vos pages produits ou services, à télécharger un livre-blanc ou ebook, à accéder à un formulaire de contact, à s’abonner à une newsletter, etc…

Incitez au partage

Un rédacteur web comblé est un auteur dont le contenu est largement partagé. Cela témoigne de la pertinence et de la qualité du contenu proposé. Intégrez des boutons de partage (email, réseaux sociaux) à la fin de votre article. De nombreux CMS ou plugins proposent cette option.

N’oubliez pas également de relayer vous-même votre contenu sur les plateformes sociales sur lesquelles votre audience est présente.

5 – Rédiger un contenu web « SEO friendly »

Nous l’avons évoqué plus tôt dans cet article : rédiger un contenu de qualité est une chose, écrire un article qui sera visible sur Google, et donc potentiellement lu, en est une autre. Un seul moyen : apparaître en première page de Google sur le mot clé que vous avez ciblé. C’est à ce moment qu’intervient le référencement naturel. Quelques optimisations au sein de votre contenu vous permettront d’atteindre cet objectif sans dégrader la qualité de votre rédaction.

Optimisez le balisage de la page

En référencement naturel, les balises sont situées au sein du code html du site et permettent de renseigner les moteurs de recherche sur la thématique et le contenu d’une page web.

3 types de balises doivent attirer votre attention :

  • La balise title indiquant aux internautes et moteurs de recherche le sujet abordé ;
  • La meta description permettant de décrire le contenu d’une page à l’internaute avant qu’il ne clique sur le lien de votre article ;
  • Les balises Hn permettant de structurer le contenu : le titre principal de l’article « H1 », et les intertitres « H2 », « H3 », « H4 », etc…

Veillez à inclure dans ces balises le mot clé principal sur lequel vous souhaitez vous positionner (ex : « rédaction web »). Il n’est pas nécessaire de répéter le même mot clé pour tous les intertitres. Utilisez des synonymes ou des variantes du mot clé principal.

=> A lire également : Balise Title en SEO, définition et bonnes pratiques à adopter

Elargissez le champ lexical

Au fil des années et grâce à l’enrichissement de son algorithme, Google a désormais la capacité de créer des associations sémantiques assez poussées. N’hésitez donc pas à élargir votre champ lexical en utilisant des synonymes, variantes et mots clés connexes. Par exemple : « rédaction » est étroitement lié à « écriture », « contenu », « article », « rédacteur », « SEO ».

Rédigez un contenu suffisamment long

Plusieurs études démontrent que les contenus longs ont plus de probabilité de mieux se positionner sur les moteurs de recherche (Etude SemRush). Attention, la longueur du contenu ne doit pas être un objectif en soi. Il faut avant tout écrire pour vos lecteurs et se focaliser sur la qualité plutôt que la quantité.

Néanmoins, pour la rédaction d’un article qui traitera un sujet de manière sérieuse, comptez au moins 800 à 1000 mots.

Travaillez le maillage interne et externe

Le maillage interne est l’ensemble des liens effectués entre les différentes pages de votre site. Lorsque vous rédigez un article, il est important d’inclure 2 à 3 liens (ou plus, seulement si cela est pertinent) vers des articles ou pages traitant de la même thématique.

Cela permet à l’internaute de poursuivre l’expérience au sein de votre site et de découvrir de nouveaux contenus. Cela facilite également l’exploration de votre site web par les robots des moteurs de recherche et participe à un bon référencement naturel.

Insérez également 1 ou 2 liens externes vers des sites d’autorité traitant du même sujet.

6 – Les techniques de rédaction web

Il existe différentes méthodes pour structurer et rédiger un contenu convaincant, qui sera en mesure de séduire vos lecteurs et de générer in fine de l’engagement ou des ventes. C’est ce que l’on appelle communément le « copywriting » ou l’art de persuasion par l’écriture.

Méthode des 5W 

La méthode des 5W est une technique d’écriture connue de nombreux journalistes et rédacteurs web. Elle consiste à répondre aux 5 questions « What », « Why », « Who », « When » et « Where » afin de fournir une information complète et synthétique au lecteur. Cette méthode est également appelée en français QQOQCP.

Pyramide inversée

Il s’agit d’un style d’écriture journalistique consistant à hiérarchiser l’information. Très similaire à la méthode des 5W, les informations essentielles « Qui », « Quoi », « Où », « Quand », « Comment » et « Pourquoi » sont traitées en début d’article, avant de rentrer davantage dans le détail dans les paragraphes suivants.

PASTOR

Créée par Ray Edwards, cette méthode est utilisée par les professionnels du marketing pour transformer les lecteurs en prospects, et pour la rédaction d’études de cas (case studies). Elle est composée de 6 étapes :

  • P pour identification du Problème
  • A pour Amplification (mettant l’accent sur les effets néfastes que pourrait engendrer l’inaction du lecteur face à un problème donné)
  • S pour Solution (proposer une solution en s’appuyant sur un exemple concret et réel)
  • T pour Témoignage (renforcer la confiance de votre lecteur en partageant les témoignages de vos clients)
  • O pour Offre
  • R pour Réponse (inciter le lecteur à effectuer une action : demande de devis, appeler un consultant…)

AIDA 

Acronyme signifiant « Attention », « Intérêt », « Désir » et « Action ». Ce concept marketing très populaire met en lumière les 4 étapes d’un processus d’achat : capter l’attention du lecteur, susciter son intérêt, stimuler son désir, et inciter à l’action. Cette technique de rédaction est particulièrement utilisée pour la conception de landing pages (campagnes paid).

A vous de choisir la méthode qui vous conviendra le mieux en fonction de vos objectifs : attirer des prospects et générer des ventes (business) ou fidéliser une audience et augmenter l’engagement (média).

Pour conclure, vous avez désormais toutes les cartes en main pour rédiger des contenus de qualité et engageant. 2 choses essentielles sont à retenir : pensez à votre lectorat avant tout et optimisez vos articles pour qu’ils soient visibles sur la toile.

Si vous souhaitez être accompagné dans votre stratégie de content marketing, n’hésitez pas à contacter notre agence. Nous travaillons avec des rédacteurs web professionnels.


Florian Geri

Auteur

Florian Geri

Partager: